Chargement...
 

Recherche participative

Qu’est-ce une recherche participative ?


La Société royale du Canada définit la recherche participative comme « une enquête systématique auprès de ceux qui sont touchés par la question à l'étude en vue d'une action ou d'un changement social ».


Pourquoi faire une recherche participative ?


Les objectifs de la recherche participative consistent à entreprendre une recherche de qualité appliquant un haut degré de rigueur scientifique, à faire bénéficier les utilisateurs des connaissances travaillant en partenariat avec les chercheurs et à développer des connaissances qui s'appliquent dans d'autres contextes.

La recherche participative permet de :
• Renforcer les relations entre la communauté et le milieu universitaire ;
• Assurer la pertinence des questions de recherche, d’augmenter les capacités de collecte de données, d'analyse et d’interprétation ;
• Réduire les effets «iatrogènes» de la recherche (les effets attribuables à la recherche elle-même), et favorise le recrutement, la durabilité et l'extension.


Elle semble aussi augmenter la capacité des communautés à identifier et à résoudre leurs problèmes et aux décideurs et fournisseurs de services la capacité de mobiliser des ressources, d'améliorer les politiques et d'améliorer les pratiques professionnelles.


Petits conseils


Questions à se poser pour vérifier que son projet constitue de la recherche participative :
• Est-ce que le but du projet est de faciliter l'autonomisation des individus, des groupes et de la communauté ?
• Est-ce que le projet aidera les participants de la communauté (et d'autres) à faire face aux facteurs qui influencent leur santé et celle de leur communauté ?


Limitations


Les défis potentiels pour les parties prenantes :
• Partager le pouvoir décisionnel et d’autorité ;
• Respecter d’autres points de vue ;
• Développer des partenariats positifs ;
• Comprendre divers programmes et leurs délais ;
• Développer la flexibilité requise pour accommoder le cours des évènements, établir une confiance et trouver les solutions gagnantes.

Comment s’y prendre pour élaborer des partenariats de recherche efficaces en recherche participative :


Consultez le lexique au besoin!


1. Trouver et recruter des partenaires de recherche


1.1. Évaluer l'environnement autour de soi


• Identifiez les utilisateurs des connaissances et les utilisateurs des connaissances intégrés. Les utilisateurs des connaissances sont toutes les parties qui peuvent bénéficier des résultats de la recherche ou être touchées par ceux-ci (y compris les autres chercheurs), alors que les utilisateurs des connaissances intégrés sont des partenaires dans la production de ces résultats.
• Informez-vous sur les recherches déjà en cours autour de vous en parlant à vos collègues, aux dirigeants et aux organismes communautaires, aux organismes gouvernementaux et aux conseils de santé locaux.
• Informez-vous sur le contexte entourant les utilisateurs des connaissances (qui en sont les leaders, comment les connaissances sont générées et diffusées), et sur l'historique de la recherche dans ce contexte.


1.2. Choisir des partenaires judicieusement


• Choisissez des utilisateurs de connaissance intégrés (c.-à-d. les partenaires du projet) à partir de ceux qui conviennent le mieux au projet.
• Recourez à des méthodes informelles ou formelles pour la sélection des partenaires : depuis les conversations impromptues jusqu'à la distribution de questionnaires complets ou à la tenue d'interviews avec des utilisateurs des connaissances intégrés.


1.3. Établir le premier contact et obtenir l'engagement des partenaires


• La conversion des utilisateurs des connaissances en utilisateurs de connaissance intégrés est une démarche progressive qui peut parfois prendre beaucoup de temps.
• Lancez des invitations à participer à un projet en fonction du contexte des utilisateurs de connaissances intégrés : depuis un simple courriel jusqu'à des séminaires d'information et des rencontres en personne.
• Les communications de suivi sont essentielles après le premier contact. Elles devraient consister en un dialogue ouvert entre les chercheurs et les utilisateurs des connaissances intégrés.
• Les chercheurs et les utilisateurs des connaissances intégrés devraient comprendre qu'il est acceptable que l'une ou l'autre des parties dise « non » si elle n'aime pas la direction que prend le projet de recherche.


1.4. Apprendre à se connaître


• On doit prévoir du temps pour permettre aux chercheurs et aux utilisateurs des connaissances intégrés d'apprendre à se connaître afin d'établir la confiance.
• Ce processus devrait être adapté et modifié selon le type d'utilisateurs des connaissances avec lequel on a établi un partenariat.


2. Faire un relevé des obstacles et des éléments facilitateurs


2.1. Travailler ensemble à surmonter les obstacles à la participation des utilisateurs des connaissances intégrés


• On devrait s'attendre à rencontrer des obstacles, à les reconnaître, à en discuter, à en tenir compte et à travailler ensemble à les surmonter.
• Déterminez les obstacles par des moyens formels, tels les questionnaires anonymes, ou par des moyens informels grâce à des discussions franches.
• Acquérez d'autres compétences en complément à vos compétences méthodologiques et scientifiques.


2.2. S'appuyer ensemble sur les éléments facilitateurs de l'engagement des utilisateurs des connaissances


• Les éléments facilitateurs d'un projet de recherche participative efficace devraient être recherchés, déterminés et développés afin d'améliorer encore davantage le processus.
• Examinez et utilisez s'il y a lieu les ressources des utilisateurs des connaissances intégrés (par ex., ressources humaines).
• Les rencontres en personne sont cruciales.


3. Entreprendre la conception d'une recherche en collaboration


3.1. Cerner les problèmes à aborder et rédiger ensemble les questions de recherche


• La recherche doit être effectuée conjointement par les utilisateurs des connaissances intégrés et les chercheurs.
• Tous les partenaires doivent savoir écouter, avoir des objectifs souples, être ouverts à d'autres façons de faire et d'apprendre, et reconnaître/respecter l'expertise des autres.
• Les problèmes doivent être convertis en questions pouvant faire l'objet d'une recherche correspondant à l'expertise scientifique des chercheurs.


3.2. Choisir des priorités qui sont réalistes, faisables et importantes pour toutes les parties


• Limitez-vous à une priorité majeure pour le projet de recherche. Cette priorité doit être choisie et adoptée parmi toutes les questions cernées auparavant.
• Examinez comment cette priorité correspond au partenariat de recherche, à la réalité (pour ce qui est du financement et du temps) de la situation et au développement des capacités.


4. Gouvernance


4.1. Gouvernance conjointe et prise de décision


• Les utilisateurs des connaissances intégrés devraient toujours avoir l'occasion de participer aux niveaux supérieurs de la gouvernance et de la prise de décision.
• Il existe plusieurs façons de partager la gouvernance et la prise de décision ; les diverses options doivent être examinées et convenues par les chercheurs et les utilisateurs des connaissances intégrés.
• La complexité du modèle de gouvernance et de la procédure de prise de décision devrait refléter la taille du projet et la culture des utilisateurs des connaissances intégrés participants.


4.2. Décisions concernant la direction et les rôles


• Les rôles des chercheurs et des utilisateurs des connaissances intégrés doivent être parfaitement clairs et avoir été précisés après discussion.
• La souplesse dans ces rôles est essentielle parce qu'ils peuvent changer dans le temps à mesure que le projet avance et traverse diverses étapes.
• Des utilisateurs des connaissances intégrés peuvent jouer plusieurs rôles novateurs au-delà de la capacité traditionnelle de conseillers.


4.3. Dynamique de groupe


• Les procédés efficaces de recherche participative reposent sur les principes de 1) la communication ouverte et 2) la participation équitable.


5. Éthique et accords de partenariat


5.1. Le besoin d'une éthique propre à la recherche participative


• Outre les notions fondamentales de consentement éclairé, de confidentialité, etc., établir la confiance, maintenir le respect mutuel, obtenir le consentement des communautés, partager les avantages et prévenir l'exploitation sont cinq principes d'éthique au centre des préoccupations dans les projets de RP.
• La mise en pratique de ces principes doit être discutée ouvertement et négociée conjointement entre chercheurs et utilisateurs des connaissances intégrés au début du projet.
• La complexité de toute entente d'éthique dépend de la culture des utilisateurs des connaissances intégrés et de l'essence de la recherche effectuée.


5.2. Établir les droits et les responsabilités des chercheurs et des utilisateurs des connaissances


• Les chercheurs et les utilisateurs des connaissances intégrés ont des droits et des responsabilités.
• Ces droits et responsabilités doivent être discutés et convenus, ce qui constitue en soi un exercice de développement de la confiance.


5.3. Négocier des accords de partenariat écrits


• Les accords de partenariat écrits, préparés conjointement par les chercheurs et les utilisateurs des connaissances intégrés, contribuent à la clarté des rôles et servent de référence future.
• Lors de la rédaction de tels accords, on a avantage à faire référence à des lignes directrices élaborées à l'extérieur pour guider cette démarche.
• Pour les grands projets en partenariat avec des utilisateurs des connaissances intégrés communautaires, on recommande un code d'éthique formel ; pour les projets plus petits avec une communauté de pratique, le protocole de recherche peut jouer ce rôle.


5.4. Obtenir l'approbation du comité d'éthique de la recherche (CER)


• Certains CER ne connaissent peut-être pas bien l'approche de partenariat de la recherche participative et n'ont donc peut-être pas l'expertise et les outils nécessaires pour évaluer le projet proposé.
• Un dialogue suivi avec les CER, même avant de présenter le protocole à évaluer, peut aider à relever certains de ces défis.
• Le processus d'examen éthique peut être expliqué aux utilisateurs des connaissances intégrés qui ne connaissent pas bien ce processus.


6. Assurer le maintien des partenariats au fil du temps


6.1. Le maintien des partenariats demande des efforts constants


• Les bons partenariats requièrent un maintien constant avec la participation de tous les partenaires.
• L'accord de partenariat doit prévoir des mécanismes pour appuyer cette activité.


6.2. Résolution de conflits


• Plus qu'une difficulté, le conflit est une occasion de croissance et d'amélioration du partenariat.
• Le conflit doit être débattu ouvertement afin d'en faire un instrument servant à améliorer le partenariat.
• Il faut deviser et mettre dans une entente écrite un plan graduel pour résoudre le conflit prévoyant le recours à un médiateur ou stipulant simplement qu'on « s'accorde le droit d'être en désaccord ».


6.3. Évaluation continue


• L'évaluation continue du partenariat lui-même (par rapport aux objectifs de recherche) est cruciale au maintien et à l'amélioration du partenariat. C'est ainsi que l'on peut déterminer le succès du processus de la recherche participative.
• Le calendrier d'étude et l'accord de partenariat constituent d'excellents outils de mesure et doivent donc être fréquemment examinés et modifiés au besoin.
• Les techniques d'évaluation plus formelles comprennent la distribution de questionnaires aux chercheurs et aux utilisateurs des connaissances intégrés pour leur demander de noter certains aspects du partenariat.

 

En savoir plus


Consultez le guide des IRSC sur la collaboration entre les chercheurs et les utilisateurs des connaissances dans la recherche en santé.

Veuillez noter que ce document est un outil se voulant généraliste. N’hésitez pas à contacter la Coopérative des savoirs pour obtenir un soutien personnalisé : Coop@douglas.mcgill.ca

Notre site web, nos documents et nos publications sont sujets au copyright de la Coopérative des savoirs et peuvent être reproduits, utilisés ou adaptés pour répondre à des besoins scientifiques ou éducatifs non commerciaux. Toute reproduction, utilisation ou adaptation de notre site web, de nos documents et de nos publications (qu’il s’agisse d’extraits ou de l’entièreté) doit être citée ainsi :

Titre : Wiki Transfert de connaissances
Auteur : Coopérative des savoirs, Institut universitaire en santé mentale Douglas
Date : (date de consultation)

N’hésitez pas à nous contacter pour toute demande de soutien.


Dernière modification de la page : Jeudi 23 janvier 2014 16:01:26 EST

Vos événements

août 2019
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
28 29 30 31 01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Vos forums